Réduire les écarts entre plans S&OP et réalité

Aujourd’hui, la planification industrielle et commerciale (S&OP) est devenue un élément essentiel à toute entreprise. Réalisée dans de bonnes conditions, elle peut conférer un net avantage concurrentiel. Toutefois, de nombreuses sociétés peinent à pleinement en voir ou à en exploiter le potentiel.

gap

Un processus S&OP efficace doit relier les opérations à la stratégie d’entreprise. Il donne un aperçu des ventes, des stocks et du plan d’approvisionnement actuels ; et les compare aux objectifs annuels du plan opérationnel et du budget.
Il vous tient informé des écarts possibles entre plans et réalité, et permet la simulation de scénarios réalistes pour vous aider à choisir la meilleure façon de combler d’éventuels écarts.
Pour parvenir à ce résultat, voici trois questions que vous devez vous poser :


1. Votre organisation toute entière travaille-t-elle à la réalisation du même plan ?

Une idée assez répandue est que le S&OP est la chasse gardée de la supply chain, alors que celui-ci concerne presque toutes les fonctions de l’organisation.

La collaboration est un facteur clé de succès.

Les différents départements ont chacun leurs priorités et apportent des informations complémentaires – par exemple, le marketing regarde l’impact de nouveaux produits, d’initiatives environnementales ou de dépenses publicitaires sur l’évolution des tendances et des parts de marché, tandis que les ventes se concentrent sur les grands comptes, le carnet de commandes ou le plan de recettes.

Pour une collaboration optimale, chaque partie prenante doit être en mesure de fournir et visualiser les données nécessaires à la planification de la manière qui lui convient. Le système S&OP doit ensuite être capable d’agréger ou désagréger ces données au niveau de détail requis par la supply chain de l’entreprise.

Avez-vous un plan unifié et un jeu de données partagé par tous, ou chaque service s’appuie-t-il sur son propre système et ses feuilles de calcul ?


2. Est-ce que votre plan en volume est intégré à votre plan de recettes?

Dans de nombreuses organisations, la supply chain pilote un processus de planification en volume, déconnecté du processus de planification de l’entreprise (exprimé en valeur). Une fois en réunion S&OP, il y a souvent deux jeux de prévisions. La question est, quel jeu choisir ?

Lisez aussi : La planification industrielle et commerciale démystifiée.

Les choses se compliquent davantage, lorsque les différentes fonctions se focalisent sur des horizons de prévision différents. La bonne pratique en matière de planification intégrée est alors de synchroniser le plan en volume et le plan de recettes, de sorte que les deux soient toujours en phase.

Combien de prévisions avez-vous dans votre entreprise ? Comment cela impacte-t-il vos réunions S&OP et cycles de décisions mensuels ?


3. Votre plan d’approvisionnement est-il synchronisé avec votre plan opérationnel ?

Enfin, regardez si le plan d’approvisionnement global créé lors du processus S&OP est en corrélation avec les plannings opérationnels observés sur le terrain. Par exemple, le plan directeur de production ou le plan d’ordonnancement de la distribution sont-ils conformes au processus S&OP ?

La clé du S&OP réside en un système intégré qui vous permet de planifier à l’avance et, en même temps, de répondre rapidement aux demandes du marché. Pour ce faire, votre processus S&OP doit être parfaitement aligné à vos processus de planification de la supply chain.

Pour tout savoir des bonnes pratiques et comment améliorer votre planification, regardez le webinaire « Closing the Gap » proposé par le VP S&OP Quintiq, John Sookias. Accédez à l’enregistrement du webinaire en cliquant ici.

Pour plus d’information sur notre solution S&OP, connectez-vous avec Alice Berthier et Henri Beringer sur LinkedIn.