Soutenir l’évolution des effectifs à l’aide d’un logiciel de planification

Juniper Research estime qu’il y aura 38,5 milliards d’objets connectés sur Terre en 2020 pour environ 7,76 milliards d’habitants, soit 5 objets connectés par personne. (1) (2)

Dans l’industrie 4.0, des systèmes virtuels communiquent avec des systèmes physiques pour donner naissance à des produits et services toujours plus personnalisés, toujours plus rapidement, sur la base -notamment- des informations collectées sur le web.

Dans l’usine du futur, aussi dite « usine intelligente », les tâches répétitives ou à faible valeur ajoutée sont systématiquement confiées à des machines pour laisser à l’Homme les tâches expertes.

L’industrie 4.0 peut être définie comme une « connexion omniprésente et étendue entre des personnes, des objets et des machines » – Dr. Dieter Wegener, Vice-President, Coordinator “Industrie 4.0” – Siemens AG. (3)

Un virage culturel à prendre

L’industrie 4.0 n’est pas uniquement un changement technologique, lié à la numérisation de l’information et de son traitement. Nombre de chercheurs s’accordent à dire que l’organisation du travail va changer sous l’influence de la 4ème révolution industrielle.

Auteurs de ‘The future of employment: how susceptible are jobs to computerization’ – 2013, Frey & Osborne estiment que 47% des emplois industriels sont susceptibles d’être un jour occupés par des ordinateurs aux Etats-Unis. Ils précisent que les emplois restants seront en conséquence toujours plus complexes et qualifiés. (4)

Dans une étude du Fraunhofer IAO & Ingenics AG publiée en 2014, MM. Bauer, Schlund, Hämmerle et Strölin confirment que, selon 54% des 518 représentants de l’industrie allemande interrogés, la 4ème révolution industrielle va impliquer davantage de planification et de contrôle. Ils sont également 86% à être convaincus de l’importance de l’apprentissage permanent (« Life-long Learning »). (4)

Si plusieurs théories s’opposent quant à l’évolution de l’organisation (automatisation ; hybride ou spécialisation) on peut cependant noter que tous les modèles convergent pour dire que les employés de demain vont être amenés à renouveler régulièrement leurs compétences, notamment pour se spécialiser. (5)


*CPS est l’abréviation de Système Cyber-Physique. Extrait de ‘Social Innovation Policy for Industry 4.0’, D. Buhr (5)

La chaîne de valeur de demain

Les prévisions de chercheurs tels que Frey & Osborne sont peut-être un peu pessimistes, car termistes. D’autres, comme Robert J. Gordon, ont laissé entendre dans le Wall Street Journal que la 4ème révolution industrielle sera moins “innovante” ou “impactante” que les précédentes (‘Why Innovation won’t save us’ – 2012).

L’intelligence provient de la capture, du traitement et de la redistribution de l’information. Or à l’ère du Big Data, l’Homme est toujours chargé d’analyser ou/et interpréter une grande partie de l’information captée par différents systèmes, pour déterminer quelles stratégies mettre en place pour satisfaire toujours mieux les clients :

  • Le consommateur est toujours plus exigeant et il faut renforcer les contrôles qualité ?
  • Le consommateur est toujours plus impatient, il faut encore réduire les délais de production ?
  • Le consommateur requiert toujours plus d’attention : quels services innovants et personnalisés proposer ?

 
Les machines ne pourront se substituer à l’Homme partout. La réalité c’est que vos employés vont être toujours plus autonomes et acteurs des décisions de l’entreprise (‘Think Global, Act Local’). Ils devront être davantage soutenus, notamment pour se former et évoluer au gré des évolutions du marché. Les services et les métiers de demain n’existent pas encore et il relève de l’Homme de les inventer.

Ainsi, si la chaîne de valeur du futur se veut résolument connectée, elle ne sera pas moins complexe pour autant.

Quelle collaboration entre l’homme et l’informatique ?

Bon nombre de clients se posent aujourd’hui encore des questions très concrètes, telles que :

  • Comment dimensionner la capacité de production dans 1/2/3 ans ? (cela peut être la production de services)
  • Comment être sûr d’affecter les ressources humaines à des tâches efficaces, en permanence, et cela sans violer aucune contrainte ou règlementation prédéfinie ?
  • Quelles compétences viendront à manquer demain et quel plan de formation suivre pour ne pénaliser ni la stratégie d’innovation, ni les objectifs commerciaux ?

 
Avec un logiciel de planification et d’optimisation des opérations, il est possible de prendre de meilleures décisions aujourd’hui, pour demain. Avec un logiciel de planification et d’optimisation, l’entreprise est plus agile, car elle est capable d’anticiper une grande variété de futurs possibles par la gestion de scénarios. Vous donnez à vos employés la possibilité d’automatiser certaines décisions, et d’en optimiser d’autres au cas par cas. Avec un logiciel comme Quintiq, vous vous assurez aussi que les ressources humaines sont planifiées avec soin, en fonction de leurs compétences actuelles et futures.

Quelle entreprise numérique êtes-vous ?

                 Extrait de ‘Social Innovation Policy for Industry 4.0’, D. Buhr (5)

D’après l’étude Accenture ci-dessus, toutes les industries ne sont pas égales par rapport à l’innovation. Vous contestez cette étude, ou souhaitez contribuer à l’évolution de votre filière ? Inscrivez-vous au Quintiq World Tour Event 2016 :

events.quintiq.fr/QWTParis2016

 

Sources :
(1)    http://www.juniperresearch.com/press/press-releases/iot-connected-devices-to-triple-to-38-bn-by-2020
(2)    http://esa.un.org/unpd/wpp/
(3)    http://www.strategyand.pwc.com/reports/industry-4-0
(4)    http://journal-bmp.de/2015/12/auswirkungen-von-industrie-4-0-auf-menschliche-arbeit-und-arbeitsorganisation/?lang=en
(5)    http://library.fes.de/pdf-files/wiso/11479.pdf